Histoire

L’école des grands champions

La section de judo de l’Espérance a vu le jour grâce à Ali Soumer qui en fut le premier entraîneur en 1969. A l’époque, il n’existait qu’un seul club civil à Tunis, l’ASMarsa, alors que les autres judokas pratiquaient leur sport favori dans les salles privées. M.Donjo, le coach national pendant cette période avait encouragé les judokas espérantistes à créer une section au sein de notre club.


Un encadrement sans faille

M.Ali Soumer, le pionnier, avait alors contacté nos valeureux dirigeants, responsables des sports individuels, Feu Hammadi Ben Ghachem et Moncef Zouhir, qui ont accueilli favorablement cette initiative. La section de judo était née.

Prise en mains par Ali Soumer, elle fut par la suite conduite par M.Hédi Mhirsi comme entraîneur en compagnie de Mohsen Mahjoub et Abdellatif Haraketi après le départ du premier pour un stage au Japon pour une période de trois années.

Elle fut par la suite dirigée par M.Hédi Mhirsi, devenu responsable des sports individuels de l’Espérance en 1979, puis par M’hamed Khénissi avant d’être prise en mains successivement par M. Hamadi Boubakeur et M. Amor Farouk Gharbi.

L’Espérance devint rapidement le club le plus performant du pays grâce au soutien indéfectible des présidents Hassène Belkhodja et Naceur Knani, qui lui donnèrent les moyens de son évolution. Ainsi est née la grande école de judo de l’Espérance.

Les lauriers vont se multiplier et notre club va dominer la compétition nationale haut la main, monopolisant pratiquement tous les titres nationaux depuis plus d’une vingtaine d’années.


Cinq podiums mondiaux en quatre ans

Cependant, le rayonnement de cette section va dépasser les frontières de notre pays puisque les judokas de notre club vont conquérir l’Afrique avant de monter sur les plus hautes marches du podium sur le plan mondial.

En effet, et outre les multiples titres africains conquis avec l’équipe nationale, que ce soit pour les garçons que pour les féminines, l’Espérance donna à notre pays cinq podiums mondiaux depuis l’an 2001.

En effet, Anis Lounifi devint champion du monde des moins de 60 kg en 2001 aux championnats du monde à Munich avant de conquérir la médaille de bronze deux années plus tard à Osaka, au Japon, après avoir battu notamment le meilleur judoka de tous les temps dans son fief et jusque là imbattable, le Japonais Nomura qui fut trois fois champion olympique et deux fois champion du monde.

Ahlem Azzabi fut, quant à elle, sacrée chamiponne du monde juniors en 2002 dans la catédgorie de+78kg. Yosra Zribi monta elle aussi sur le podium en décrochant la médaille du bronze aux championnats du monde juniors en 2002 dans la catégorie des – 70kg. Et Mohamed Bouguerra fut sacré vice-champion du monde juniors dans la catégorie des -73kg en 2004.


Les grands noms

Parmi les entraîneurs qui contribuèrent à la grandeur de notre section et qui veillèrent à la formation des grands champions, on peut citer notamment Ali Soumer, Hédi Mhirsi, Béchir Khiari, Abderrazek Turki, Hassen Ben Gamra, Mohsen Mahjoub, Skander Hachicha et aujourd’hui Anis Lounifi, Adel Guirat et Mouldi Majeri.

Quant aux grands champions qui ont fait la grandeur de notre club, on peut citer Mohsen Mahjoub, Abdelaziz Zaier, Abderrazek Matoussi, Ilyes Mahjoub, Béchir Khiari, Hassen Ben Gamra, Taoufik Fazaa, Skander Hachicha, Anis Lounifi, Anis Chedli, Mohamed Bouguerra, Ahlem Chokhaoui, Samira Oueslati, Dalenda Hamdi, Ahlem Azzabi, Yosra Zribi, Chahnez Mbarki ou Hager Tebessi.